La pression et l'équilibrage des pneus

Sur une Traction avant, le sujet de la pression des pneus a toujours été entouré de soigneuses recommandations à l'époque.
Aujourd'hui, il est finalement peu recommandé de se fier à la lettre aux préconisations des années 40/50.

 

 

 

 

 

 

 

 


La raison en est simple: une très grand majorité de Tractions roulent aujourd'hui avec le pneu le plus facilement disponible: le Michelin "X".

 

 

 

Ce pneu radial, actuellement considéré comme une référence, date pourtant de la fin de la commercialisation de la Traction. En effet, mis au point à la fin des années 40, il n'a été réellement proposé chez Citroën qu'à partir de 1955, sur la DS puis sur commande sur la Traction:

Pneu révolutionnaire, on aurait effectivement mal compris que le constructeur le propose sur la vieillissante Traction avant la sortie de sa nouvelle "bombe" qui devait porter le modernisme jusqu'au bout des roues.

 

Les routes actuelles sont d'une qualité de revêtement sans commune mesure avec les routes d'époque.

 

 

Ces raisons combinées font que l'on pourra adopter des pressions de gonflage sensiblement supérieures aux préconisations d'origine, mais attention:

Trop gonflé, on aura quand même une voiture inconfortable, aux suspensions raides avec certainement des "grelottements" de rotules de train avant si celles ci ont un peu de jeu. Nous insistons sur ce point car on lit fréquemment des préconisations supérieures à 2Kg. Gonfler ainsi donnera une voiture désagréable, sans l'homogéneïté et l'équilibre d'origine de la Traction avant entre sa suspension et sa tenue de route. Le moindre trajet sur réseau secondaire, parfois pas toujours bien entretenu, se transformera en épreuve pour les trains roulants de l'auto et la sérénité du chauffeur et de ses passagers.

Pas assez gonflé, on aura un pneu qui se déteriorera assez rapidement par échauffement de ses flancs qui se déforment à chaque tour de roue, avec un risque certain d'éclatement dans des cas extrêmes.

Un bon compromis reste : 1,6 Kg à l'AV et 1,8 à l'AR
Sur caisse longue, 15/6, et voiture chargée, ou pour de longs trajets sur grande route on peut majorer ces pressions de 0,2 à 0,3 Kg.

Garder un différentiel de pression d'environ 0,2 Kgs entre l'avant et l'arrière pour contrer la tendance naturelle de l'auto au sous-virage.

 

En tout cas, chacun pourra expérimenter autour de ces valeurs en fonction de sa voiture, de sa conduite, et des parcours empruntés pour trouver la bonne valeur qui convient.
Inutile de traquer le dixième de Bar, il vaut mieux respecter l'équilibre des pressions d'un même essieu, et vérifier fréquemment.

La roue de secours sera gonflée à une pression supérieure, environ 2,5 Kg, étant la grande oubliée des vérifications périodiques.

Concernant la permutation des pneus en diagonale, grande mode également des années 40/50 pour égaliser l'usure, nous la contre-indiquons formellement:

Permuter des roues en diagonale équivaut à inverser le sens de rotation du pneu.
C'est une pratique formellement interdite par la plupart des manufacturiers de pneus, principalement liée au travail de la structure interne du pneu, et nous préférons la respecter par sécurité.



Ceux qui veulent égaliser l'usure de leurs 4 pneus, permuteront donc en respectant le coté de la voiture: ARG avec AVG et ARD avec AVD pour conserver le sens de rotation de la roue.

Profitons en pour rappeler que l'utilisation d'une clé à chocs est à éviter formellement au serrage comme au desserrage de la roue: La Traction est équipée de tocs de roues sertis, arrêtés par une goupille. Ce montage n'est absolument pas conçu pour résister au traitement infligé par la clé à chocs, donc on pratiquera un serrage modéré, de deux en deux pour égaliser la pression sur les moyeux 5 tocs, et en croix sur les 6 tocs.

 

 

 

Un mot de conclusion sur l'équilibrage des roues:

Pour avoir vu dans certains rassemblements, des Tractions littéralement bardées de plombs d'équilibrage, sur une part conséquente de la périphérie de la jante, on reste perplexe sur l'opiniâtreté du "professionnel" qui a été poser un tel stock de plombs juste pour lire la bonne valeur à zéro sur sa machine électronique.

Nos Tractions (et elles ne sont pas les seules) ont toujours roulé sans le moindre équilibrage, et sans la moindre vibration non plus.
Les témoignages de nombreux rouleurs confirment cela actuellement !

Un indice pour les sceptiques: de très nombreuses photos d'époque présentent les Tractions neuves, en sortie de chaine ou en exposition, sans la moindre trace de plomb d'équilibrage sur les roues. Il doit bien y avoir une raison ...




Finir en posant des bouchons de valve métalliques, il en existe de différentes versions, striées ou cannelées. C'est infiniment plus esthétique que les immondes bouchons en plastique.

 



Pour la roue de secours, on peut monter un bouchon comportant un démonte-obus de valve. Là aussi diverses versions existent, le bouchon le plus à gauche sur la photo permet de brancher sur la roue de secours, après dépose du démonte-obus, un tube permettant d'alimenter un petit pistolet à peinture pour les retouches de carrosserie. Autonomie très limitée, mais cela se faisait à l'époque.




11/07/2010
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 85 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion