Le Carburant

Lors de la généralisation de l'essence sans plomb, et la disparition progressive du supercarburant plombé, un véritable vent de panique a soufflé sur le monde de la voiture ancienne, laissant entendre qu'il ne serait plus possible de rouler sans une réfection onéreuse des sièges de soupapes ou sans l'ajout systématique d'additifs, le tout bien évidemment relayé par de nombreux professionnels qui avaient tout intérêt à transformer cette peur en chiffre d'affaire immédiat, et qui fort curieusement révélaient à cette occasion une expérience et un recul dont on n'aurait osé les soupçonner auparavant !


Depuis, les années ont passé, conférant à l'évènement la même portée que le "Bug de l'an 2000" et l'expérience probante de nombreux propriétaires de Tractions ayant effectué un nombre conséquent de kilomètres sans la moindre avarie,  permet d'affirmer que la traction peut rouler en toute sécurité au SP95 (tout comme au SP98) sans le moindre additif d'aucune sorte...








Il subsiste, sur quelques forums spécialisés, de vieilles querelles sans fin sur les mérites respectifs du SP98 et du 95.

Celui qui ne sait que faire de son temps s'y plongera avec délices.

Toutefois, et compte tenu de l'évolution récente de la composition de l'essence, il semblerait que le SP98 vieillisse mieux dans le temps (notion importante sur des autos qui roulent peu et dont le plein dure parfois plusieurs mois) et soit moins sensible aux soucis de redémarrage à chaud que connaissent certaines Tractions qui roulent au plus fort de l'été.

A la rigueur, pour tranquilliser quelques angoisses résiduelles tout en imitant une pratique déjà en vigueur dans les années de production de la Traction, on peut verser dans le réservoir, tous les deux pleins, un demi verre d'huile MINERALE deux temps de qualité.

Ce très léger sur-huilage sera bénéfique pour le haut moteur et sans effet sur un éventuel calaminage des chambres de combustion si l'on utilise de la bonne huile de marque.


Profitons en pour rappeler la nécessité de surveiller l'état des durites de carburant, et de les changer IMPERATIVEMENT tous les 5/6 ans.

Une fuite liée à la porosité du caoutchouc peut avoir des conséquences graves.

En amont de la pompe: prise d'air et désamorçage parfois difficile à diagnostiquer

En aval de la pompe: fuite avec risque important d'incendie sous le capot.



05/06/2010
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 95 autres membres