Astuces tractionnistes...ou pas !

Bien souvent, le Tractionniste, ou l'amateur d'autos anciennes en général est confronté à des soucis qui sont de simples détails quand on en a l'expérience, mais qui peuvent s'avérer de vrais casses tête lorsqu'on cherche la solution.

Le but de cet article est donc de regrouper certaines astuces fort utiles, méconnues pour quelques unes, et trop connues pour ne pas être rappelées pour d'autres.

 

 

1° Fixer la toile de pavillon à l'arrière:

 

Lors d'une réfection du pavillon, et de la mise en place d'un ensemble tout prêt en kit (ils sont très correctement réalisés en général) on se rend compte d'une difficulté extrême pour bien réussir l'arrondi autour de la plage arrière.
D'origine, le tissu de pavillon est agrafé sur une lame de carton fort qui fait le tour de la plage, pris dans une sorte de gouttière.

Nous vous proposons ici une alternative rapide, efficace et préservant les nerfs du tractionniste sellier amateur !

- Découper une forme en contreplaqué de 5mm (choisir une bonne qualité) identique à l'arrondi de plage arrière. Bien arrondir les angles coté externe pour ne pas accrocher le tissu.

- La fixer à plat par quelques vis à métaux a tête fraisée (pour disparaitre dans le bois) sur la tôle de plage arrière. Bien vérifier son alignement avec la tôle de la plage, puis la redémonter.

- Une fois le pavillon en place, laisser le tissu excédentaire déborder sur la plage arrière

- Glisser alors la forme en c.t.p. en prenant le tissu en sandwitch entre le bois et la plage

- Tendre plus ou moins les rabats de tissu pour parfaire l'arrondi et éliminer les plis, tout en maintenant la forme par quelques poids posés dessus. C'est enfantin, la forme permet un travail facile et impeccable avec le bon arrondi

- Fixer définitivement la forme avec les vis

- Araser le reste de tissu et poser par dessus l'ensemble la garniture de plage arrière. La minceur du c.t.p. fait que c'est invisible ensuite.

- C'est fini !

 

 

 

 

 

 

 

2° Mise à la masse de l'allumeur:

 

 

 

C'est en voyant tourner un moteur de Traction dans la pénombre, la base de l'allumeur entourée d'étincelles, que nous avons réalisé la mise à la masse imparfaite de celui-ci.

 

Il est facile d'y remédier en quelques minutes:

 

 

 

- Préalablement, s'assurer que la tresse de masse interne reliant la partie fixe du rupteur au corps de l'allumeur est présente, c'est indispensable.

 

Ici sur un SEV:

 

 

 

 

Là sur un RB:

 

 

 

 

- Ensuite, à l'aide d'un fil le plus souple possible, relier le corps de l'allumeur (se prendre sous une des vis de fixation des clips de la tête distributrice) à une bonne masse sur la caisse de la voiture.
Sur les post 1952, idéalement se prendre sous un des écrous de fixation de la trappe du jambonneau gauche, sur les modéles antérieurs, sous une des pattes de fixation de la bobine, par exemple.

 

 

 

Choisir un fil bien souple pour ne pas entraver le mouvement de rotation de l'allumeur lors de la manoeuvre de l'avance variable manuelle, et faire un montage propre, comme aurait pu le faire le constructeur à l'époque.

Certaines Tractions ont véritablement été transformées en fiabilité de l'allumage par ce montage qui ne prendra que quelques minutes.

 

3° Tripler la durée de vie de son échappement:

 

Bon, ici nous abordons une astuce assez "crasseuse" mais particulièrement efficace. Eloignez les enfants, l'animal domestique de la maison, puis mettez des vêtements sales et retroussez vos manches: Il s'agit de travailler sur un pot d'échappement neuf, juste avant son montage.

Verser dans le pot un à deux verres d'huile de vidange, puis gymnastiquer le pot dans tous les sens afin de bien répartir l'huile sur les parois internes du pot.

 

Vider le résidu d'huile par le tube de sortie puis monter le pot neuf sur la voiture.
Ensuite, démarrer le moteur en prenant soin que RIEN ne soit derrière l'auto (enfants, animaux) ou par sécurité mettez l'embout de sortie dans un grand carton.

 

Vous pouvez rouler un peu, ça va fumer bien blanc au début, mais la chauffe du pot va permettre à l'huile de "caraméliser" sur les parois internes, les protégeant pour longtemps de la corrosion interne.

Nous sommes arrivés ainsi à conserver des échappements parfaits pendant plus de 15 ans.

 

 

4° Trouver facilement une prise d'air à l'admission:

 

 

Pour cette astuce, nous allons traquer simplement les prises
d’air à l’admission, grandes fauteuses de troubles parfois étranges dans la
carburation de notre Traction.

 

Se munir d’un pot de yaourt (parfum au choix) en verre dans
lequel on réalisera un mélange 50/50 huile moteur/essence

 

 

Démarrer le moteur au ralenti, sans attendre qu'il soit trop chaud.

 

Avec le pinceau, enduire de ce mélange le plan de joint carburateur/pipe d'admission

 

 

 

en insistant bien sur les sorties d’axe du papillon.

 

 

 

 

 Ensuite, faire de même à la jonction pipes d’admission/culasse.

 

 

 

 

 

On aura compris que la moindre prise d’air provoquera une
aspiration du mélange dans l’admission avec le double effet révélateur :

 

1° Modification immédiate du régime moteur par
enrichissement du mélange carburé.

 

2° Fumée blanche à l’échappement par combustion de l’huile.

 

Bref, une astuce simplissime, et particulièrement efficace.

 

 

5° Démonter rapidement son chauffage:

 

Ici aussi, la photo suffira à illustrer et décrire cette "astuce" qui vous permettra de démonter le système de chauffage de votre Traction en un tournemain.

C'est tellement simple que l'on se demande pourquoi le constructeur ne l'a pas prévu !

 

 

 

 

 

6° Graissage des charnières de malle plate:

 

Ici encore, la photo se suffit à elle même pour expliquer cette astuce. Percer à 4mm, fraisage à 8mm. L'orientation présente le trou vers le bas une fois la malle plate refermée, donc prévient l'introduction d'eau. Huiler avec une huile épaisse qui ne gouttera pas. Rappelons que l'axe est fixe dans la partie de charnière fixée à la caisse.

 

 

 

 

 7° Le créneau facile:

 

La traction comporte quelques assemblages par vis et écrous à créneaux, arrêtés par goupille traversant le filetage.
Facile, en apparence, l'affaire se complique car les créneaux de l'écrou cachent le trou de goupille et on ne sait jamais vraiment où l'on en est du serrage et du bon alignement du créneau avec le trou de goupille. Cela devient enfantin si l'on a pris soin de repérer l'axe du trou sur la tranche de la vis par un simple trait de peinture ou de marqueur

 

 

Sur certains filetages, il y a deux trous à 90° pour faciliter la précision du serrage

 

 

 

8° Un protecteur de batterie:

 

pour les amateurs de batteries à bornes apparentes, d'aspect tout à fait dans l'esprit de ce qui se faisait à l'époque, il est opportun  de se confectionner en quelques minutes un accessoire qui sera très utile.

Le seul défaut de ces batteries est d'être un nid à courts-circuits si l'on s'attarde dans leur entourage avec une clé à la main.

On peut très facilement découper, dans une plaque de caoutchouc mousse (plaque récupérée dans un sous-matelas de campeur, par exemple) un protecteur de dessus de batterie que l'on placera en protection lors des interventions sous le capot, ou à demeure pour le stockage. Dans ce cas, on calera la plaque avec deux protecteurs de cosses



9° Une trappe d'auvent étanche :


L'étanchéité de la trappe d'auvent reste pour nombre de tractionnistes un mythe impossible à atteindre.
Très exposée aux entrées d'eau, la trappe souffre également, une fois encore, de la mauvaise qualité des refabrications et le joint refabriqué est quasi immontable.

Dans sa forme d'abord: C'est un rectangle à coins arrondis, alors que la trappe a une découpe en forme d'hippodrome.
Dans son épaisseur et sa dureté: trop épais et trop dur. Une fois en place, la trappe est trop haute, ferme mal et donc fuit.

Nous avons retenu la solution suivante:

A partir d'un toron de 10 mm en mousse cellulaire, on réalise un joint à la bonne dimension, collé à la cyano. Du fait de sa grande souplesse, il se mettra en place parfaitement dans les courbes de la gouttière.

Contrairement à une fausse idée répandue, la mousse cellulaire ne retient pas l'eau, cela a été confirmé par des spécialistes du caoutchouc et joints mousse industriels, pour deux raisons:

1° Il est recouvert d'une peau lisse (mais oui !) étanche
2° Les cellules sont à structure fermée, donc même en cas de rupture ou abrasion de la peau, pas de passage ou stockage d'eau. Rien à voir avec une éponge, donc.

809594trappe001.jpg


Une fois en place, et collé avec un peu de néoprène, le résultat est impeccable. Le joint est bien positionné, très facilement, et la trappe est à la bonne hauteur.
L'étanchéité se fait non par la tranche de la trappe, mais par appui du dessous de trappe sur le sommet arrondi du joint, l'appui sur la tranche venant en complément.

 

 

trappe.jpg

 

 

Sa souplesse permet de bien plaquer la trappe sur tout son pourtour, et la trappe se retrouve à bonne hauteur par rapport à l'auvent une fois serrée.

La photo n'est pas fameuse, le flash transformant le moindre grain de poussière en point lumineux

433495trappe002.jpg

 

 

 

 

 

 

10° Protection des jantes:

 

Vos jantes sortent de peinture, et il s'agit de remonter les enjoliveurs. Le bord tôle de ceux-ci va irrémédiablement laisser une trace dans la peinture, souvent jusqu'au métal avec apparition rapide de rouille.

AFin d'éviter ce désagrément, il est facile de se procurer du tube fin en PVC (nous utilisons du tube de goutte à goutte), le fendre sur sa longueur avec une petite paire de ciseaux et de le placer en protection sur la tôle du bord extérieur de l'enjoliveur. Celui-ci portera ainsi sur le PVC sans abimer la peinture. Une fois en place, c'est quasi invisible.

 

 

P1010043.JPG

 

 

P1010046.JPG

 

 

11° Le plus simple des coupe-circuits:

Ce coupe circuit s'installe en quelques secondes et coûte une misère.
Il permettra, de quelques tours d'écrou papillon, de débrancher la batterie sans complication de câblage, perçage ou autres pour installer un coupe circuit classique.

Les puristes pourront même plonger l'écrou quelques minutes dans de l'acide chlorhydrique pour enlever son cadmiage trop "moderne".



 


 



Insistons sur l'importance, pour un véhicule équipé de dynamo, de pouvoir couper la connexion de la batterie: En cas de défaillance du régulateur (dont les contacts peuvent simplement rester collés), l'excitation de la dynamo peut rester en fonction, même après avoir coupé le contact. Le risque de décharge de la batterie, voire d'incendie est alors réel.

 

 

 

Bien entendu, il peut paraitre fastidieux de lever le capot pour chaque coupure et on peut être tenté d'installer un coupe-circuit ancien du type de celui-ci:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

coupe circuit ducellier.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Outre le fait qu'il faille percer la tôle d'auvent pour l'installer, ce qui n'a rien de réjouissant, ce type d'accessoire occasionne parfois des faux contacts assez sournois qui provoqueront des pannes bien difficiles à diagnostiquer. Cela peut se transformer en véritable catastrophe pour ceux qui roulent de nuit, par coupure brutale de l'éclairage. Nous préférons lever le capot ...

 

 

11



20/05/2012
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 91 autres membres