Le réglage des soupapes

Sur un moteur de Traction, 4 ou 6 cylindres, le réglage des soupapes a une importance  sur de nombreux paramètres: Performances, facilité de démarrage, longévité, bruit de fonctionnement, etc...

Avant de se lancer dans cette opération demandant juste un peu de soin, de temps et de méthode, vérifions l'outillage nécessaire:

- Une clé de 12 pour démonter le couvre culbuteurs
- Un tournevis à la lame bien ajustée à la fente des vis de culbuteurs
- Une clé de 12 à oeil pour l'écrou de la vis de culbuteur
- Un jeu de cales de qualité
- Une lamelle de papier fort, style carte de visite

Idéalement, se procurer un outil similaire à celui de la photo. On en trouve à quelques euros en bourse et il convient à la perfection en offrant un réglage fort précis et est plus pratique d'emploi que le couple tournevis/clé à oeil.



Bien vérifier à l'achat qu'il corresponde à un écrou de 12






Le jeu des culbuteurs se règle à chaud sur tous les types de moteurs de Traction.
Inutile de faire chauffer le moteur excessivement avant de régler: Un petit tour de quelques kilomètres suffira.

Les valeurs à retenir sont:

Admission: 0,15 mm
Echappement: 0,20 mm

Sauf sur 11D où l'on règle à:

Admission: 0,20 mm
Echappement: 0,25 mm

Ces valeurs ne sont pas des diktats absolus, mais une bonne base de réglage qu'on affinera ensuite, nous verrons comment. De toutes façons, on trouve dans la littérature d'époque a peu près autant de valeurs différentes que d'éditions.

On se souvient que sur Traction, le cylindre N°1 est toujours vers l'avant de la voiture, soit coté volant moteur.

L'ordre des soupapes est le suivant:

4 Cylindres, tous types:

E-A   A-E   E-A   A-E          Soupapes
  1       2       3       4            Cylindres
 

6 Cylindres :

E-A  A-E  A-E  E-A  E-A  A-E     Soupapes
  1      2       3     4       5      6       Cylindres



Il est temps maintenant de déposer les bougies afin de pouvoir tourner le moteur facilement à la manivelle pour régler successivement chaque cylindre.

Quelle séquence adopter pour le réglage ?

Diverses méthodes existent, toutes valables, et nous retiendrons celle qui consiste à régler les deux soupapes d'un même cylindre, celui ci étant au point mort haut (P.M.H.) fin de compression. On ne peut confondre avec l'autre P.M.H. fin d'échappement car alors les soupapes seraient "en bascule": L'échappement se ferme pendant que l'admission s'ouvre.

Une autre méthode efficace est de régler, pour chaque cylindre, une soupape alors que l'autre est totalement abaissée.

Regarder le jeu des culbuteurs en faisant tourner le moteur à la manivelle permet de vite comprendre la séquence qui les anime.

Il suffit de commencer par le 1, puis de suivre la séquence en respectant l'ordre d'allumage pour le réglage des cylindres successifs:

4 Cylindres (tous types): 1  3  4  2
15/6 D                        :  1  4  2  6  3  5
15/6 G                        :  1  5  3  6  2  4


Le réglage se fait en laissant la cale coulisser "grassement " entre le culbuteur et la tige de soupape: c'est à dire que la cale doit coulisser en serrant un peu.





C'est à ce moment que l'on s'aperçoit parfois du mauvais état éventuel des culbuteurs au niveau de leur portée sur la tige de soupape, rendant le réglage assez imprécis.


Bien resserrer l'écrou de blocage sans excès, en maintenant la vis en position.





 C'est quand même plus pratique et précis avec l'outil idoine:






Procéder méthodiquement, en prenant son temps, soupape par soupape et cylindre par cylindre sans se tromper de soupape ni de cale et en vérifiant la bonne position du P.M.H. avec une tige en bois glissée par le trou de bougie.

On doit arriver au bout de l'ensemble après "un certain temps".

Il est alors temps de peaufiner le réglage:

On peut remettre le moteur en route, après avoir remonté les bougies, et le laisser tourner quelques minutes, sur sol bien plat, sans couvre culbuteurs avant que l'huile commence à couler.

Il faut alors "écouter" attentivement les culbuteurs.

Il se peut, à ce moment, que malgré le réglage soigneux, on constate qu'une ou plusieurs soupapes sont encore bruyantes, en tout cas plus bruyantes que la ou les voisines.

Si c'est le cas, on repère facilement la fautive en glissant un bout de carte de visite ou une lame de plastique fin, entre culbuteur et soupape, moteur tournant au ralenti: Le bruit de la soupape correspondante cesse alors immédiatement et il est ainsi facile d'effectuer un complément de réglage, généralement en réduisant légèrement le jeu.












15/06/2010
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 91 autres membres