Restauration d'une jauge à essence

 

Accessoire indispensable de la Traction, sa jauge à essence est simplissime et particulièrement robuste puisque nombre de Tractions roulent encore avec leur jauge d'origine.

 

Au lieu de monter une jauge "adaptable" souvent décevante aux dires de nombreux Tractionnistes pratiquants, essayons plutôt de nous débrouiller par nous mêmes, une fois de plus, et procédons à la révision de notre jauge d'origine.

Pour cela, on va commencer par la révision du flotteur, celui d'origine étant quasi-systématiquement désagrégé par des décennies d'immersion dans l'essence.

 

jauge001.jpg

 

Les ingrédients de la rénovation sont simples, un jeu de bondes en liège de diamètre 35 que l'on trouve dans toute grande surface de bricolage qui se respecte.

 

Se munir également de colle EPOXY, à l'exclusion de tout autre produit. L'époxy est la seule résine, à notre connaissance, qui résiste durablement aux carburants.

 

Coller deux bondes par leurs grands diamètres. Cela se présente plutôt pas mal car les dimensions sont très proches en diamètre, et bonnes en largeur:

 

Jauge002.jpg

 

 

Il faut maintenant ramener le diamètre à celui du flotteur d'origine à l'aide de papier de verre à gros grains. Quelques grammes de poussière plus loin, on obtient notre flotteur "neuf", que l'on finit avec du papier de verre à grain fin :

 

 flotteur02.jpg

 

Hors de question de l'immerger ainsi dans l'essence, nous allons l'enduire de deux couches fines de colle époxy afin de le rendre parfaitement étanche.

 

 

Pour les sceptiques, la première restauration de flotteur réalisée suivant cette méthode remonte au milieu des années 80. La jauge fonctionne encore aujourd'hui à la perfection, et nous vous laissons calculer précisément la longévité de la formule.

 

Traiter au produit antirouille le fil de jauge, puis emmancher notre flotteur rénové sur le fil enduit également d'époxy:

 

 

 

 

 

flott01.jpg

 Vérifier également le bon fonctionnement de l'amortisseur hydraulique destiné à amortir les oscillations intempestives du flotteur, et donc de l'indicateur au tableau, du fait des mouvements de l'essence liés à ceux de la voiture en marche. Le piston doit coulisser librement dans le tube sur toute sa course, sans le moindre point dur. Remplacer les axes de rotation s'ils sont oxydés par une petite goupille par exemple.

 

Passons maintenant à la partie électrique de la jauge, l'enroulement résistif sera testé à l'Ohmmètre, après un nettoyage sérieux au diluant, et une vérification des surfaces de contact de l'étrier frotteur sur l'enroulement, que l'on peut raviver en glissant une feuille de papier de verre à grain fin, le grain coté frotteur.

 

 

jauge004.jpg

 

 

Idéalement, un instrument à aiguille sera bien plus explicite dans sa mesure qu'un instrument numérique (ici le "METRIX" a bien l'âge de la Traction !). On constate aisément la déviation de l'aiguille lors de la manoeuvre du flotteur, et donc la continuité de l'enroulement et le bon contact du frotteur sur toute la portée de la piste.

L'indicateur au tableau, correctement étalonné de construction, reportera les indications de cette résistance variable.

On trouve environ 8 Ohms en position "réservoir vide":

 

 

 

 

jauge006.jpg

 

 

Et environ 100 Ohms en position "réservoir plein":

 

 

 

jauge005.jpg

 

 

Il reste à rénover le joint de couvercle, important pour éviter les remontées d'odeurs d'essence dans le coffre, et de vérifier que les rondelles sous les trois vis de fixation de la jauge dans le réservoir sont des rondelles FIBRE, donc étanches et non des rondelles acier.

 

 

 

 

jauge003.jpg

 

 

Prendre soin de la vis centrale du couvercle, ou borne de réserve, assurant la mise à la masse de la jauge via un fil relié à la caisse. A défaut, la jauge ne fonctionnera pas, étant  isolée de par son montage.

 

 

 



12/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 90 autres membres