Les pièces neuves à jeter

Le fléau est bien connu des Tractionnistes de longue date: On commande une pièce neuve, mécanique, accessoire, ou autre, et puis au moment de la monter, on s'aperçoit (dans le meilleur des cas) qu'elle ne convient absolument pas.

Les hypothèses sont multiples:

1° Impossibilité de montage car côtes non respectées par le fabricant

2° montage possible mais non fonctionnement de l'ensemble ou du sous ensemble

3° Durée de vie de la pièce très courte

etc...


Bien entendu, nous ne citerons aucun fournisseur étant entendu que cela est illégal, mais il est remarquable que certains, contactés suite à livraison de pièces défectueuses s'avèrent subitement injoignables !

D'autres, par contre, reconnaissent immédiatement l'erreur et reprennent la pièce sans discuter. A vous de trier !



A chacun de choisir donc, suivant son expérience.


Quelques exemples (La liste est malheureusement sans fin):

1° La bride mystérieuse:


Après commande d'une bride de butée d'arbre à cames, prise en sandwich entre l'AAC et le pignon de distribution, on constate un jeu longitudinal de l'arbre SUPERIEUR au jeu constaté avec la bride d'origine, pourtant un peu usée. 0,14 mm contre 0,10 pour la bride d'origine.

Explication: l'épaisseur de la bride neuve est tout simplement hors côte et non respectée.
Le remède s'avère pire que le mal, et la bride neuve n'a qu'une destination à prendre: la poubelle !

2° Les pignons fous:

Voulant bien faire lors de la réfection de votre pompe à huile, vous commandez une paire de pignons neufs.
Le résultat s'avère catastrophique: la pompe montée avec ces pignons est tout simplement bloquée !
Hormis la piètre qualité de l'acier les composant, s'attaquant très facilement à la lime car non traités, ils semblent mal réalisés, excentrés et provoquant blocages et points durs.
S'entêter à les monter ainsi aura certainement pour conséquence une avarie gravissime: le pignon est mené par une clavette dont la résistance mécanique n'est pas infinie. Sa rupture aura pour conséquence la chute immédiate à zéro de la pression d'huile !

3° Le joint farceur:

Pour ceux qui roulent avec la SEV type 34, excellente pompe à essence, la tentation est grande de se constituer un lot de joint de cloches de rechange.

Nous avons trouvé un joint d'origine N.O.S.(un lot, en fait, payé le quart d'une refabrication), un joint acheté chez X et un autre chez Y.



Le joint d'origine est en liège fin, armé d'une fine feuille d'alu pour le rendre indéchirable, la fabrication est parfaite:



Il se monte parfaitement dans le corps de pompe, et on peut supposer qu'il fera un long usage:




Le joint X se monte correctement aussi, bien que son liège soit plus grossier au niveau du grain et nécessitera un serrage plus énergique pour ne pas fuir (attention aux cloches en verre !)



Quand au joint Y, no comment !
Son liège est d'une qualité affligeante, et ne parlons même pas de ses dimensions. Bien entendu, le vendeur vous conseillera d'un air entendu de le tremper dans l'eau pour qu'il retrouve sa bonne taille...on peut toujours rêver !


 
 
 
 
 
 
Ici, c'est un joint de trappe de carter inférieur de 15/6 qui nous fait des farces.
Les photos se passent de commentaire, et bien evidemment vous allez perdre quelques minutes à confectionner un nouveau joint, de préférence en liège, comme à l'origine

 

 

 

 

 

 

 

Les poignées...demain ?

 

Oh, les belles poignées de capot, bien brillantes mais finalement peu conformes. Elles sont faites simplement en fil rond, alors que les poignées d'origine ont un profil bien précis, la photo parle d'elle même:

 

 

 

Cela ne s'arrange guère avec les poignées de lève-vitres. Le profil du bouton n'est pas conforme, et non, vous ne rêvez pas, la vis de maintien du bouton est bien trop longue. Vous avez le choix, la revisser et faire éclater le bouton, ou bien vous en servir ainsi et déchirer le tissu de garniture de porte en tournant la poignée.

 

 

 

Accessoirement, ces poignées ne rentrent pas dans la rosace provenant du même fournisseur.

 

 

Consolons nous avec le joli pare-chocs "moustaches", avec sa belle plaque courbe. Bien entendu, les trous de fixation ne sont pas alignés, quelle idée saugrenue !

Vous préférez repercer la plaque (peinture obligatoire ) ou le pare-chocs ?

 

 

 

 

Un autre joint farceur ? Il y en a tellement sur le marché de la pièce neuve que c'en est un plaisir:

La photo montre deux joints de cuve de carburateur SOLEX 30 PAAI de 15/6. Le vert neuf et le marron d'origine. Identiques en apparence, le fabricant du neuf a seulement fait l'économie d'un trou au dessus de la cuve, on se demande bien pourquoi. Ainsi, vous aurez une chance sur deux de le monter du mauvais coté et de tenir, à la mise en place du couvercle de cuve, le pointeau fermé par l'absence de découpe dans le joint. Inutile alors d'essayer de redémarrer, la cuve du carburateur restera désespérément vide, et nous vous promettons de longs moments de recherche de la panne stupide !

 

 




Et  si nous examinions les butées de portes et de capot ?

Sur la photo, de gauche à droite:

- Butée d'origine
- Butée X
- Butée Y
- Butée Z

La butée d'origine possède bien entendu les bonnes caractéristiques de dimension et également de dureté de caoutchouc. C'est une caractéristique très importante, qui permettra au capot de se fermer correctement, et surtout aux portes de se fermer sans bruit excessif et sans déformation de la tôle autour du trou de fixation de la butée.









La butée X est de bonnes dimensions, juste un tout petit peu trop dure en qualité de caoutchouc, mais elle conviendra très bien dans le temps. A mettre en place avec une goutte d'huile de vaseline.

Avec la butée Y, cela commence à se gâter: Dimensions incorrectes, trop haute et difficile à mettre en place correctement, trop dure également.

Avec la butée Z, on rentre dans une autre dimension, celle de la pièce intégralement foireuse: Les dimensions, l'aspect sont fantaisistes, et sa consistance de bois dur vous garantiront une déformation des tôles de porte ou de caisse lorsqu'on claquera la porte.



Continuons gaiement avec une coupe de ce qui est vendu comme un tuyau de jonction de la pompe à la culasse pour une 15 Six.
On n'en croit pas ses yeux, mais les diamètres ne sont pas concentriques !
Bien entendu, ce tuyau est de ce fait d'une extrême fragilité, bonne chance à ceux qui le monteront sur leur moteur.



 
 

 

 

Venons-en aux supports de balais d'essuie glace: A gauche un support d'origine et à droite une refabrication actuelle. Elle ne convient pas, bien entendu car le trou d'axe de basculement du balai est déporté au lieu d'être centré (ça devait être trop compliqué à réaliser). Ainsi, le balai ne pourra basculer que d'un coté et sera bloqué de l'autre, une vraie absurdité sur une Traction où le pare brise s'ouvre en s'inclinant. Ne vous demandez pas pourquoi sous la pluie vos balais d'essuie glace plaquent mal. Hop, à la poubelle !

 

 

 

brasEG.JPG



24/10/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 90 autres membres